Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 novembre 2011 7 06 /11 /novembre /2011 13:28



Je revenais de quelques jours de congé que je pensais vous conter  dans le détail et voilà que j'ai été prise dans la tourmente. Cela devient la primeur, l'actualité comme on dit, cela n'aura plus guère de saveur lorsqu'un coup de mistral aura chassé l'humidité ambiante supérieure à celle du Gers. 

 

Vous qui aimez la Cévenne, car on dit la Cévenne, généralisant ce petit morceau de contrefort de montagne, partant d’Anduze au sud et s’arrêtant au nord ? où peuvent bien s’arrêter les Cévennes, car il y en a plusieurs, les Cévennes ardéchoises, les Cévennes lozériennes et puis la vraie, la pure, l'indomptable, LA Cévenne, la mienne !


Mais bref, pour qui aime la Cévenne, et vient y passer quelques villégiatures tranquilles au plus fort des grosses chaleurs d’été, le gardon est synonyme de gentil cours d’eau frémissant et frais s’écoulant gaiement sur des pierres schisteuses lisses, gris-clair et brûlantes sous le grand soleil. Synonyme aussi de barrages érigés en gros cailloux roulés péniblement à deux, les pieds dans l’eau délicieusement rafraîchissante en hurlant de ravissement si quelqu’un en profite pour vous asperger de la berge. Synonyme toujours de choix de galets bien plats et circulaires en vue de ricochets sur les remous mystérieux et ombreux dès que le soleil quitte l’aplomb des eaux pour aller se coucher derrière les parois de la gorge. De baignades infinies, "je quitte l’eau fraîche pour me griller sur la plage où j’ai trop chaud, je replonge dans l’eau…" mais prudentes car les fonds changent d’une année sur l’autre, vous vous demandez bien pourquoi ?

 

Voilà pourquoi :P1040519

 

 

 

Voyez Vacanciers ce que devient cet aimable cours d’eau dès que vous avez fermé vos valises pour retrouver le cours tumultueux de vos propres vies !


 

 

P1040524.JPG

 

 

 

Admirez le pont que vous passiez cet été bras-dessus, bras-dessous en revenant de la grillade sur les berges, au bord de l’eau bruissante couvrant à peine le chant des grenouilles.

 

 

 

Contemplez l’éternelle puissance de l’eau qui a érodé depuis des milliers P1040506d’années ces roches pour que vous puissiez y délasser vos membres à la fin d’un crawl éblouissant destiné à épater la galerie  :

 

 

 

P1040504.JPG

 

P1040494

 

 

 

 

 

La Cévenne est faite de ces contrastes violents entre sécheresse et inondation, canicule et période glaciaire, bruit et silence, lumière et ombre.  (Certaines photos ont été éclaircies par la technique informatique car le temps bas restait très sombre toute la journée.)

 

 

P1040523.JPG

 

 

 

 

 

 

 

Cela a trempé le caractère des habitants de ces contrées, au propre comme au figuré. Trois jours à baigner dans l'eau et avec une électricité plus que capricieuse, et pour cause, en visite chez mes voisins, j'ai appris...

 

 

 

 

 

 

P1040509.JPGà allumer une lampe à pétrole !

 

 

 

 

 

 

 


Partager cet article

Repost 0

commentaires

Claude 06/11/2011 17:31


Je ne peux, force contre force, m'empêcher d' invoquer les forces telluriques , évidentes dans cette Cévennes que vous nous présentez, plus celées mais bien réelles aussi dans l'épisode de la Geôle
quand Marguerite rejette Faust et que Goethe écrit ainsi :
"
- Marguerite : ...déjà tombe sous le cou de chacun le tranchant jeté sur le mien. Voilà le monde entier muet comme le tombeau.
- Faust : Oh! Que ne suis-je jamais né ".

Et Goethe de commenter dans ses Entretiens avec Eckermann :
" ... nous sommes sauvés non seulement par nos propres forces, mais la grâce divine qui s'y rajoute".

J'en tremble encore comme vous, sous l'emprise des éléments; comme vous dans le halo protecteur de vos lumières humaines.


monesille 07/11/2011 10:59




 Le
docteur Faust est le héros d'un conte populaire allemand à l'origine de nombreuses réinterprétations.



Je vais rappeler ici le thème de Faust : Cette histoire relate le destin d'un savant homme, Faust, déçu par les
difficultés auxquelles le condamne son art, contractant un pacte avec le diable qui lui offre une seconde vie, tournée cette fois-ci vers les plaisirs sensibles, au prix de
son âme. 


Se pourrait-il que ce pauvre malheureux ait tout faux et qu'en fait se soit les plaisirs sensibles qui soient la base de son art ?



 M'enfin tout ceci me parait stupéfiant comme rappel de la part d'un athée comme vous. Une âme fi donc! qu'est
donc cela ?



 


 



Présentation

  • : monesille : le blog
  • monesille : le blog
  • : Le blog d'une écrivain(e) passionnée de poésie, de littérature,de nature et de voyage.
  • Contact

Mention spéciale

Elle fait briller tout ce qu'elle touche

Marie et les agapanthes

les pros du clip

zoomlarue.com

Les humeurs d'Asphodèle

leslecturesdasphodele

monesille itou

monesille

 

Recherche

Je préfère vous voir rire que pleurer !

Tout ce qui touche le monde me touche :