Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 septembre 2011 4 29 /09 /septembre /2011 13:55

P1030826.JPG

 

A propos de Stèle (Segalen)...

 

 

Si, ils ont eu raison de commencer par Stèles : sais-tu qu'il m'arrrive de les imaginer au bord des routes que je croise avec des mots que j'invente et que je trace : si tu savais combien disent que Monesille avec ses accents cévenols, peut ouvrir d'éclaircies et de valeurs fortes ; imagines-tu combien depuis maintenant j'en ai gravé des stèles qui disent qu'il ne faut pas désespérer et qu'un jour, des mots vous sautent à la figure comme un cri : Oh!

J'ai mangé en pensant à toi;  puis j'ai senti épars quelques livres toujours en pensant à toi.

Aussi je me suis dit que j'étais vieux, thème récurrent et qu'il conviendrait que je réfléchisse aux conséquences de mes actes, vis-à-vis de cet âge-là; 

Puis j'ai reniflé les douces senteurs de Gracq en me remémorant les mots que je t'en avais dit. 
Puis je me suis demandé si encore tu pensais que je te mentais : alors j'ai repensé à Montaigne, et je me suis dit que si tu décidais de ne plus me voir jamais, cette tour qui me fait rêver, je me l'achèterais et que j'y mourrais car de toute manière je mourrais. Puis j'ai eu envie d'entendre ta voix; mieux, j'ai eu envie de toi. Et je me suis demandé si tu m'aimais vraiment tout en répondant : oui , mais que quand même nous étions de drôles d'oiseaux.

Alors, bien sûr, je me suis envolé pour me poser sur ton épaule en faisant : chutttt, à Zoé qui m'avait vu et que j'ai fait taire par quelques pâtés imprévus. je ne sais plus comment j'en suis arrivé à demander à Zoé si elle aimait mes écritures; en tout cas, je me disais qu'il conviendrait que pour toi je fasse un effort, que je puisse trouver des mots qui correspondent à ton attente, avant que de me dire que si je posais, juste, ma main sur ta peau alors tu me comprendrais comme cela se fait dans les livres, ceux qui nous rapprochent. Alors,j'ai cherché comment adapter Les Hauts de Hurlevent à notre époque en me disant que si Monesille frémit, c'est qu'une réussite est en cours , comme quand me vienne ces textes insoutenables de Faulkner avec ses cris impossibles          à supporter comme dans la vraie vie.

Puis j'ai bu un verre d'eau.

Voilà Monesille ma soirée en cours, au plus près , au plus fidèle, quand je suis en manque de tes mots et que partout cela s'affole  mais sans sens et avec beaucoup de dérision.

Voila ce que sont mes soirées sans toi Monesille.

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Genovefa 14/08/2012 15:00

Coucou! un grand merci de ton passage qui me permet de te découvrir. Je n'ai pas le temps de le feuilleter plus longuement (because du monde qui arrive tout à l'heure et ménage pas fait, repas à
faire du moins ce que je peux faire à l'avance, pas facile à gérer quand on sort du boulot) mais j'ai pris quelques minutes pour me promener dans ton univers où l'humour se mêle à la poésie et le
romantisme...du moins c'est mon ressenti. A bientôt pour une prochaine promenade. Ps: tes photos sur la nature sont bien belles et j'ai apprécié les quelques tableaux que j'ai pu voir dans ma
courte visite. Amicalement: Génovefa

monesille 17/08/2012 17:23



OH, je suis ravie que ça te plaise, j'ai eu du monde aussi ces dernièrs jours (faut profiter de l'été !) ce qui explique le temps que j'ai mis à te répondre.


Bonne continuation et à bientôt. Amicalement



Présentation

  • : monesille : le blog
  • monesille : le blog
  • : Le blog d'une écrivain(e) passionnée de poésie, de littérature,de nature et de voyage.
  • Contact

Mention spéciale

Elle fait briller tout ce qu'elle touche

Marie et les agapanthes

les pros du clip

zoomlarue.com

Les humeurs d'Asphodèle

leslecturesdasphodele

monesille itou

monesille

 

Recherche

Je préfère vous voir rire que pleurer !

Tout ce qui touche le monde me touche :