Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 octobre 2011 1 10 /10 /octobre /2011 20:03

 

P1030938

 

J’avais promis en deuxième semaine ma recette traditionnelle de la confiture de marrons, réalisée comme vous l’avez compris, avec des … châtaignes !

Le premier ingrédient étant bien sûr : la châtaigne, fruit du châtaignier (castanéa sativa). Différentes espèces existent grâce aux soins attentifs des moines depuis le XII siècle. Car même si le châtaignier est attesté par l’archéologie depuis le mésolithique, et que Tite-live raconte que Jules César faisait flamber les forêts de châtaigniers pendant l’invasion de la Gaule pour réduire les populations par la famine, c’est pour beaucoup, l'installation à cette époque dans la région de prieurés Bénédictins ou Cisterciens vivant en autarcie qui vont permettre la culture efficace des arbres, le greffage et la sélection de variétés plus grosses, plus nourrissantes et sucrées permettant ainsi aux populations cévenoles en plein développement d’échapper à la plupart des grandes famines et pestes. C’est ce qui a valu au châtaignier son surnom d’« arbre à pain ».

A ce point que les espèces de châtaignes sont souvent très locales. Grâce à la gentillesse de ma voisine, j’en connais deux, sur la centaine de qualités existantes. Les Gascaises, assez grosses et rondes originaires des environs de Saint Martin de Lansuscle et les Pellégrines, plus petites et pointues. L’idéal étant d’éviter les bouscasses de bord de routes qui sont les fruits d’arbres non greffés et souvent assez peu sucrées.

Le second ingrédient étant une paire de bras costauds ! Si ce n’est pas la vôtre, c’est encore mieux pour vous !

Faites cuire les châtaignes dans l’eau bouillante environ 30 minutes.

Eplucher les châtaignes. Coque et Tan. Cette opération étant très fastidieuse, il vaut mieux la réaliser en groupe. J’ai trouvé une manière un peu moins casse-pied, je coupe les fruits en deux et extirpe la pulpe à la petite cuillère, il y a un peu plus de déchet…

Passer la chair ainsi obtenue à la moulinette à bras !! Voilà pourquoi les bras costauds !  C’est très pénible ! On peut le faire au mixeur plongeur mais le résultat au niveau texture est nettement moins satisfaisant.

Mélanger à la purée ainsi obtenue : pour un kilo de purée environ 600 décilitres d’eau (je dis environ car cela dépend en fait de la consistance de la purée, certaines châtaignes étant plus sèches que d’autres) et 800 grammes de sucre. Ainsi qu’un bâton de vanille.

Faire cuire l’ensemble 15 minutes à feu doux sans cesser de tourner. Mettre en pots et je conseille de stériliser ! Cela évite les moisissures qui prolifèrent bien sur cette confiture moins sucrée que celle du commerce. Les pots entourés de chiffons : une heure dans le panier de la cocotte emplie d’eau jusqu’au milieu de la hauteur des pots.

Voilà ! A vos cuillères et régalez-vous ! Avec un peu de crème chantilly ! Dans les gâteaux roulés ! Ou simplement dans les yaourts qui prennent ainsi des noms plus exotiques permettant de varier les menus : Yaourt camisard ! Mon blanc cévenol !  Délice ardéchois !

Petits veinards, va ! 

 

P1030944

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : monesille : le blog
  • monesille : le blog
  • : Le blog d'une écrivain(e) passionnée de poésie, de littérature,de nature et de voyage.
  • Contact

Mention spéciale

Elle fait briller tout ce qu'elle touche

Marie et les agapanthes

les pros du clip

zoomlarue.com

Les humeurs d'Asphodèle

leslecturesdasphodele

monesille itou

monesille

 

Recherche

Je préfère vous voir rire que pleurer !

Tout ce qui touche le monde me touche :