Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 mai 2013 1 06 /05 /mai /2013 14:21

Au fil de l’eau courent mes pensées

P1060713.JPG

 

Finie la claustration imposée de l’hiver ! La nature rieuse sous le ciel bleu nous invite à des promenades bucoliques, où les coucous enchantent les prés et les yeux et démangent les mains de bouquet à composer, résisterais-je longtemps à ces talus piquetés de gaietés ?

P1060765

 

Je n’aime guère cueillir des fleurs, imaginant leur désarroi de se trouver ainsi privées brusquement de leurs congénères et pays d’origine pour se trouver transplanter dans un bocal, si joli soit-il, avec de l’eau chlorée pour seul réconfort dans le but d’égayer un intérieur si douillet veuille-t-il être.

P1060661

Montant de mètre en mètre en altitude on revient en arrière dans le temps de quelques semaines ;

P1060705

Les feuilles pointent à peine aux branches et laissent deviner les appâts du château de la belle au bois dormant entre les rameaux .

P1060746

P1060747

P1060749

Les herbes folles encore bien vertes batifolent sur un pont ayant sans doute vu passer quelque prince en carrosse

P1060677

P1060682

et un antique pigeonnier couronne une éminence d’où l’on devine encore l’envol du messager vers un amoureux éloigné ou un père ignorant encore sa bonne fortune.

P1060725P1060740P1060741

Le tarnon coule inaltérable et glacé, au bord de notre pique-nique, alimentant le chien en boisson, et nos idées en pensées.

P1060681P1060710.JPG

Je me retourne parfois sur ce que je vous communique ici de façon assez perplexe. J’étais partie sur l’idée d’un blog de littérature et de poésie, émaillé de quelques voyages et me voilé embarquée dans un blog de déco, entre deux visites touristiques ! Difficile de concilier l’ensemble surtout que j’ai naturellement un œil assez interrogatif sur les tenants et les aboutissants des courants décoratifs actuels.

A une époque où le « toujours plus vite » et toujours plus jetable envahit nos vies et nos écrans, que l’on suive une tendance ressortie des armoires de nos grands-mères, me semble assez paradoxal. Il fut un temps où un service de table durait tout une vie, je me vois aujourd’hui assortir la moulinette à gruyère avec mon bouquet du jour. Conjugués avec les termes « déco durable », les mots « tendance de saison » me semblent relever du grand écart acrobatique, et le comble de l’oxymore me ravit chez certains brocanteurs qui décapent un meuble  d’époque pour le peindre et le patiner « à l’ancienne ». Un peu comme si on tirait sur les branches d’un scion de pommier de l’année pour le faire donner des fruits plus tôt !

Certains sociologues se sont déjà penchés sur le phénomène, pour ne pas dire certains psychanalystes.

L’histoire a répandu les récits des incroyables et merveilleuses, ce courant de mode caractérisé par des extravagances en réactions à la tristesse de la terreur en 1794. Allant jusqu’à supprimer de leur élocutions la lettre R, première lettre du mot révolution qui avait tant pesé sur leur vie. Ils prononçaient ainsi « pa’ole d’honneu’ ».  Nous en avons gardé le style Récamier

madame-Recamier-de-JUINE.jpg

et je préfère cette image à la plus classique de David car on y voit une belle bibliothèque en fond. Les modes passent et laissent leurs traces, plus ou moins évidentes à décrypter.

1919_Incroy_p.JPG

Photo prise sur le net fête du lycée Feuchère thème les incroyables et merveilleuses 1919.


Que peut donc vouloir dire notre tendance actuelle à tout peindre en blanc par exemple ?

Enfilade-en-merisier-en-blanc-vieilli.jpg

 

Une volonté de faire entrer la lumière dans les maisons, contrecarrant par-là, la crise énergétique ? Un désir de virginalisation face à des comportements sociaux de moins en moins conventionnels ? Un affichage d’une facilité des technologies d’entretiens dues à un niveau de vie élevé ? Un désir de repartir à zéro dans des transmissions qui tout en s’accumulant ne nous ont pas apporté ce que nous en espérions. Ou au contraire, une facilité d’adaptation des éléments de décor face à un nomadisme imposé par le monde du travail.

Cela se compose bizarrement avec une légitimation forcée grâce à des éléments de décors anciens, linges de familles, voire même tableaux d’ancêtres adoptés.

baignoire-a-l-ancienne.jpg

Selon Keynes les tendances de modes obéissent aux mêmes impératifs que les marchés boursiers, ou …les concours de beauté ! C’est-à-dire que chacun ne vote pas pour sa préférence propre mais pour le candidat qu’il estime avoir le plus de chances de gagner. Le consommateur à l’affût n’acquiert donc pas ce qu’il estime le plus mais ce qu’il estimé être en mesure de plaire au groupe social de référence. Les producteurs eux-mêmes optent pour des gammes qu’ils jugent non pas adaptées à la société mais susceptibles d’être considérés comme telle par celle-ci.(Sources Guillaume Erner).

Voyez la baignoire ci-dessus, elle fait rêver n'est-ce pas ?

Un plancher ciré sous une baignoire en plein milieu de pièce ne conviendrait tout de même pas à une famille avec trois petits enfants turbulents inondant une salle de bain TOUS les soirs.

Et voilà comment, ayant inconsciemment remarqué que mes articles bucoliques retenaient plus votre attention que ceux consacrés au prix Goncourt, je me retrouve à vous détailler mes dimanches au bord de l’eau et mes tables de Noël.

Je vais vous dire…Je n’ai pas résisté ! J’ai fait un bouquet de coucous (primula veris) magnifique, 

P1060778

Je leur parle un peu, le soir, pour leur tenir compagnie et les consoler de la perte de leurs vertes prairies.

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

kinekelly 18/06/2013 20:59

Je voulais te dire aussi que ton chien plairait beaucoup à Maya!

monesille 24/06/2013 17:00



Hi, il a un petit côté bourru, je me demande de qui il peut bien tenir ça ? Mais c'est une pâte et un coureur de jupon invétéré !


Bises



kinekelly 18/06/2013 20:58

J'aime lorsque tu parles aux fleurs!
Pour la tendance du moment, il y a toujours eu des modes qui se démodent!
Le foncé n'a plus sa place, la lumière est prioritaire, mais le fer noir revient en force!
Besoin de changement, tant mieux pourvu qu'on laisse la nature tranquille. Tu sais si bien la regarder. quelle belle région.

monesille 24/06/2013 17:05



La réfléxion était d'ordre général, je me demande juste qu'elle est l'origine de ce courant de mode, j'ai aussi bien des objets blancs chez moi. Tout dépend bien sûr de la manière dont c'est
fait, et certains meubles ne méritent pas le barbouillage dont ils sont parfois enduits.


Bises



Laure MESTRE 06/05/2013 18:44

Passionnante ta réflexion psycho-déco ! (ce n'est pas un point d'exclamation ironique); et en tant qu'ancien professeur d'économie j'apprécie ta référence keynésienne. La mode a parfois du mal à
s’accommoder des contraintes quotidiennes. Il en va ainsi du nécessaire "recloisonnement" des "open space"... ou de ton exemple fort bien choisi de baignoire. Une raison de plus pour me conforter
dans mes choix professionnels: allier harmonie & économie. No comment sur ton com' sur mon blog... Je sais que ça vient du cœur ! Je le prends comme un cadeau, comme ce beau bouquet de coucous
! Laure

monesille 15/05/2013 17:19



Tu as raison, ça vient du coeur, un heureux évènement comme cela pas besoin de se forcer. C'est le seul domaine où l'économie n'est pas de rigueur.


Bises



jacqueline 06/05/2013 17:05

Belles photos d'une superbe région qui me rappelle mon pays de coeur.
Je suis sûre que les coucous sont heureux chez toi.

monesille 15/05/2013 17:15



Merci pour ce gentil coucou !


Bises



Présentation

  • : monesille : le blog
  • monesille : le blog
  • : Le blog d'une écrivain(e) passionnée de poésie, de littérature,de nature et de voyage.
  • Contact

Mention spéciale

Elle fait briller tout ce qu'elle touche

Marie et les agapanthes

les pros du clip

zoomlarue.com

Les humeurs d'Asphodèle

leslecturesdasphodele

monesille itou

monesille

 

Recherche

Je préfère vous voir rire que pleurer !

Tout ce qui touche le monde me touche :